Bien-être

Pourquoi et comment le perfectionnisme augmente votre anxiété


Connaissez-vous ces personnes qui mettent un point d’honneur à montrer leur perfectionnisme et cacher leur anxiété de déplaire ?

Je n’ai pas fait ceci ou cela, je suis perfectionniste, je veux faire pleinement les choses.

Et avez-vous constaté que le regard des autres est une composante essentielle de ce type de fonctionnement perfectionniste ? 

Toute la mécanique repose sur une exigence envers soi mais aussi sur la pression d’une validation extérieure

Ce processus génère beaucoup d’anxiété.

Parfois même, quand ce que pensent les autres de soi devient plus important que ce qu’on pense de soi-même. 

Je vous livre, dans cet article, mes trois mantras pour dépasser cette anxiété liée au regard des autres.

Ce que les autres pensent n’a pas le pouvoir sur mes propres sentiments

Les autres ont leur propre perception du perfectionnisme

Chaque personne construit son propre système de croyances en fonction de ses expériences, son éducation ou son environnement. 

De fait, chacun.e va juger les situations avec ce prisme. 

Si on cherche à plaire aux autres, on peut très vite tomber dans le piège de la dépression : « Personne ne m’apprécie », « Ce que je fais n’est pas valable »… 

Une autre vérité est que les autres consacrent très peu de temps à juger nos réalisations, on se fait souvent des idées fausses sur la place que prend le jugement extérieur.

 Accepter cette idée est important pour s’affranchir du regard des autres.

Bien évidemment, il est nécessaire de continuer à apprendre.

Développer une connaissance et une conscien de de soi qui aide à agir selon son propre système de valeurs.

Aussi, il est indsipensable de s’autoriser à être apprécié.e en dépit des échecs ou des succès.

Mon anxiété de ce que les autres pensent est une croyance

Ce que les autres pensent ne doit pas avoir un pouvoir sur vos propres ressentis ou émotions.

Les autres ont la liberté d’agir et de penser selon leur propre système de croyances.

De fait, ils ou elles ne sont pas dans l’obligation d’apprécier tout ce que nous faisons. 

Toutes les pensées que nous pouvons avoir à ce sujet, génèrent

 en nous de l’anxiété ou de la tristesse. Ne pas contrôler nos propres pensées vis à vis du comportement des autres revient à leur donner le pouvoir total sur nos émotions. 

Au final, on se fait mal à soi-même.

Eloge de l’action imparfaite

Etre dans l’action, même imparfaite, aide à s’affranchir du regard des autres. 

Quand on est focalisé sur l’action, on trouve plus facilement des pistes d’amélioration.

Elles nous permettent de garder une ouverture d’esprit sur les retours que l’ont peut avoir sur ces actions. 

La question devient moins auto-centrée et le regard des autres moins focalisé sur notre personne mais sur les actions.

Healthy striving is self-focused: ‘How can I improve?’ Perfectionism is other-focused: ‘What will they think?

Brené Brown

Déconstruire nos propres pensées de perfectionniste, centrées sur la validation extérieure, est un travail qui demande du temps et des efforts. 

Des efforts pour identifier :

  • nos propres croyances sur ce besoin de validation extérieure, 
  • pour reconnaître les pensées derrière l’anxiété que l’on peut ressentir,
  • pour accepter d’être dans l’action imparfaite. 

Si vous souhaitez des pistes concrètes pour vous libérer du regard des autres, commencez

 

vous interroger sur l’origine des émotions que vous ressentez. 

Vous pourrez, ensuite, remettre en question vos croyances sur le sujet pour vous créer une vie sur mesure.

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. […] C’est pourquoi beaucoup de femmes (oui les femmes sont beaucoup plus impactées

     

    ce récit), quand elles se retrouvent à un carrefour décisif de leur vie, commencent à développer une forme d’anxiété. […]

  2. […] Quand on cherche le bonheur

     

    l’évitement de l’inconfort ou de la douleur, on crée notre propre souffrance. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.