confinement Organisation

Mes 3 outils pour arrêter de manquer de temps pendant le confinement

Avez-vous constaté qu’après un mois en confinement, nous avons l’impression de manquer de temps malgré les « économies » de temps de trajet, de temps passé à faire les courses ou à avoir une vie sociale ? J’ai écrit, il y a quelques mois, cet article qui décrit mon organisation quotidienne en divisant mes journées en 5 catégories : temps obligatoire, temps « pilote automatique », temps de production, temps off et temps flexible. Cette organisation peut évidemment s’appliquer au confinement avec quelques ajustements. Pendant cette période extra-ordinaire, nous devons télé-travailler à temps plein avec des barrières fines entre la vie personnelle et professionnelle comme je l’expliquais ici et le rapport au temps devient compliqué si on a des enfants car on doit s’en occuper et assurer la continuité pédagogique. La composante émotionnelle est aussi à prendre en compte, car comme plus que la moitié de l’humanité, nous nous adaptons à une situation inédite qui peut générer des émotions désagréables.

Miser sur les habitudes

Si vous me lisez sur ce blog ou sur mes réseaux sociaux, vous savez qur j’accorde une importance particulière à développer et installer de micro-habitudes qui me permettent de passer régulièrement en mode « pilote automatique ». Mon constat, depuis le début du confinement, est que je suis plus productive et proactive sur les habitudes déjà installées : faire ma routine de yoga le matin, écrire des articles pour le blog ou bien lire 30 minutes

 

jour. Quand j’ai essayé, au début du confinement, de me lancer dans de nouvelles habitudes, j’ai remarqué une différence considérable dans ma vitesse d’exécution des tâches. Certaines habitudes, qui sont installées chez moi depuis des années me servent aujourd’hui plus que jamais. J’ai,

 

exemple, toujours été une grande lectrice. Il m’est plus facile, en étant H24 avec mes enfants et régulièrement sollicitée

 

eux, d’intégrer rapidement du contenu écrit que du contenu vidéo. Il en est de même avec l’alimentation, où j’ai installé depuis quelques années, des habitudes saines. Il m’est beaucoup plus facile et moins laborieux de préparer un repas à base de légumes et équilibré. Miser sur les habitudes permet d’être plus efficace, de moins procrastiner et gagner du temps de façon durable.

Prendre du temps pour soi

Dans un quotidien « normal », chacun.e avait sa propre définition du temps pour soi, généralement associé à un temps que l’on s’accorde pour prendre soin de soi et il est souvent associé à cette image idyllique du bien-être dans un spa ou chez le coiffeur, profitant du soleil sur une terrasse de café ou d’un massage relaxant. Faire du sport en salle ou en plein air. Avec le confinement, et même si on a le droit de s’accorder du temps à l’extérieur pour l’exercice physique, intégrer ce temps dans des routines chargées devient équivalent à un jeu de Tetris.

J’ai longtemps défendu l’idée d’un temps pour soi indépendant des circonstances extérieures, comme je l’abordais régulièrement dans cette Newsletter. Prendre du temps pour soi en confinement n’est pas forcément équivalent à un temps de solitude, on peut bien s’accorder un temps calme et énergisant en présence de nos co-confiné.e.s, un temps qu’on intégré dans nos routines pour retrouver un contrôle sur notre temps et nous focaliser sur l’essentiel.

Soigner son énergie

L’énergie qu’on dépense, chaque jour, à travailler et à assurer les tâches du quotidien devrait, en théorie, être compensée

 

un temps OFF (repos, sommeil, détente) pour arriver à un état d’équilibre et recommencer chaque jour. Dans la pratique, nous ne prêtons que peu d’attention à nos baisses d’énergie et surtout à toutes les activités énergivores qu’on intègre à nos quotidiens.

L’énergie est une composante complexe dépendante de plusieurs facteurs : notre environnement, notre psyché, nos hormones, notre alimentation, nos relations, le soleil… En ces temps de confinement, ces facteurs peuvent agir négativement ou différemment sur notre niveau d’énergie et il est important d’en prendre conscience. Soigner son énergie revient aussi à éviter d’abuser de certaines substances comme le café, l’alcool, les sucres et graisses mais aussi les informations anxiogènes. Prendre soin de nos relations interpersonnelles et cultiver la joie permettent d’augmenter notre niveau d’énergie. Pour les perfectionnistes, diminuer l’exigence et le jugement sévère envers soi favorise un passage à l’action et un gain d’énergie.

Qu’elle soit purement physique (selon la célèbre formule d’Einstein), plus orientée traditions orientales (Kundalini et chakras) ou liée à la libido (comme l’a théorisé Freud), l’énergie reste un atout majeur qui nous permet d’avancer et d’agir.

Le manque de temps a longtemps été associé à une certaine forme de réussite. « Etre occupé », « être sous l’eau » ou « courir tout le temps » ont longtemps été des signes, dans nos usafes sociaux, d’une vie pleine et intéressante. Avec le confinement, nous n’avons jamais eu autant à faire sans aide extérieure possible. Maintenant, plus que jamais, accorder de l’importance à notre organisation du temps en prenant en compte des facteurs comme notre niveau d’énergie, les habitudes saines qu’on installe ou le temps pour soi que l’on peut s’accorder est primordiale.

3 commentaires

  1. […] le matin alors que d’autre sont plus énergétiques jusque tard le soir. Je vous parlais dans cet article, de l’importance de soigner cette énergie. Il est aussi nécessaire de prendre en compte le […]

  2. […] article, je vous parlais de l’organisation du temps sur une journée et je vous expliquais ici comment le self-care nous efface cette illusion de maquer de temps. J’ai mis du temps avant […]

  3. […] vous connaissez déjà l’importance que j’accorde aux habitudes. Comme je le mentionnais dans cet article, les habitudes sont mon principal outil de gain de temps et de réalisation de mes objectifs. Ce […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.