Bien-être

7 erreurs à éviter pour rester sereine pendant le confinement

On ne compte plus les jours, ni les semaines de confinement. A ce stade, nos routines de confiné.e.s se sont bien ancrées, nos enfants ont appris à faire la différence entre notre posture « Parent » et celle de « Personne assurant la continuité pédagogique » et vivre h24 avec nos conjoint.e.s devient notre nouvelle norme. Mais la situation est loin d’être parfaite et le défi principal de ce confinement est de rester zen et serein.e malgré le fait que nos maisons ne soient pas forcément conçues pour accueillir des parents instructeurs en télé-travail. Dans ce contexte, il est quasi-impossible d’avoir des moments de silence ou de prendre du temps pour soi. La réalité de ce confinement est que le partage des tâches installé en temps « normal » dans le couple parental n’est peut-être plus valable en ces temps inédits. Les tensions dans le couple parental risquent de monter d’un cran, le comportement des enfants peut changer et la fatigue peut s’installer. Dans cet article, je vous propose d’explorer les 7 erreurs communes qui vous empêchent de garder votre calme et rester serein.e pendant le confinement et je vous dis comment y remédier.

❌ Ne pas exprimer vos besoins et limites

Si on observe avec le recul les tensions dans les couples, elles sont la plupart du temps dues à nos préférences : une personne donne de l’importance aux repas équilibrés alors que l’autre ne se prononce pas sur le sujet, l’un.e aime l’ordre, l’autre se retrouve mieux dans le désordre ou encore un parent est intransigeant sur les temps passsés devant les écrans alors que le co-parent relativise le danger. En exprimant nos besoins à l’autre, on arrive à trouver un terrain d’entente sur les compromis à faire pour vivre ensemble sereinement. Il en est de même avec le fait d’exprimer nos limites, qui permettent de dire quelle est la partie non négociable de nos préférences et ainsi respecter nos besoins.

❌ Ne pas tenir compte des rythmes de chaque personne dans la famille

Le niveau d’énergie de chaque personne est variable. Certain.e.s se réveillent plein.e.s d’énergie tôt le matin alors que d’autre sont plus énergétiques jusque tard le soir. Je vous parlais dans cet article, de l’importance de soigner cette énergie. Il est aussi nécessaire de prendre en compte le niveau d’énergie pour distribuer les tâches dans le couple parental. Inutile d’exiger d’un parent, dont le niveau d’énergie est bas le matin de se lever à 6h du matin avec des enfants en pleine forme. Si les deux parents télé-travaillent, il serait plus intéressant d’organiser le temps de travail en fonction du moment où la productivité est au plus au haut niveau (dans la mesure du possible, évidemment !).

❌Vouloir à tout prix partager les tâches

Le partage parfait des tâches est un piège pour le couple. Comme souvent dans la vie, certaines choses doivent être faites quel que soit le contexte, mais pas

 

n’importe qui 😉 Si vous a-dorez cuisiner et que votre conjoint.e ne sait pas qu’il faut faire bouillir de l’eau pour cuire des pâtes, il serait plus judicieux de vous attribuer toutes les tâches liées à la préparation des repas. Utiliser les préférences de chacun.e pour optimiser la contribution sa contribution est une piste qui permet de diminuer les frustrations et les tensions.

❌Vouloir tout faire à la perfection

C’est valable en confinement mais aussi dans la vie en général, vouloir que tout soit parfait, vous vous épuisez et ouvrez la porte à la frustration. Certaines corvées peuvent être oubliées durant le confinement, d’autant qu’on n’a pas la possibilité de les déléguer. On oublie les exigences autour du code vestimentaire des enfants ou d’un intérieur rangé façon magazine de décoration. Maintenant plus que jamais, vous pouvez tester en toute sécurité certaines actions imparfaites et constater

 

vous-même toute la sérénité qu’elles vous procurent 😉 Dans cet article, je vous donne des astuces pour ne pas tomber dans le piège du perfectionnisme en confinement.

❌Ne pas s’autoriser un temps pour soi

J’ai abordé la question du temps pour soi dans cet article et régulièrement dans cette Newsletter, il est primordial de s’attribuer ces espaces-temps rien que pour soi. En confinement, quand on ne vit pas seul.e, on ne s’autorise que rarement de prendre un temps calme qui permet de s’énergiser, recharger les batteries et se relaxer. On peut penser manquer de temps ou de conditions idéales, pourtant cet espace rien que pour soi est une opportunité à saisir à chaque instant : en cuisine, pendant la sieste des enfants ou leur temps de jeux calmes, avant le réveil de la tribu ou quand tout le monde est couché. Ce temps, plus ou moins long, est essentiel pour retrouver calme et sérénité.

❌ Vouloir garder la même organisation de la semaine

La division classique semaine / week-end n’a plus beaucoup de sens pendant le confinement. Même si on continue à travailler selon des horaires de bureau, il y a cette flexibilité de l’organisation du temps qui devient possible et qui allége considérablement les tensions : une vie sans embouteillages 7j/7, sans contraintes d’horaires de fermeture de la garderie des enfants (oui en contrepartie, on fait l’école à la maison) et sans temps perdu inutilement dans des activités non essentielles. Je vous parlais ici de ma façon d’organiser mes journées, cette méthode reste valable en confinement.

❌Ne pas se donner le droit à l’erreur

Dans la même catégorie que la perfection à toute épreuve, il existe le « non droit » à l’erreur. Malgré le caractère extra-ordinaire de cette vie en confinement, on pourrait continuer à penser que tout devrait se passer sans couac. Or, dans ce contexte si inédit que personne n’a vraiment testé auparavant, on navigue à vue depuis le début. On procédé

 

un système essai/erreur pour installer une routine qui réponde à vos besoins des co-confiné.es, pour trouver un bon fonctionnement au quotidien et pour acquérir de nouvelles compétences comme l’instruction en famille. Faire des erreurs fait partie de ce processus d’apprentissage et l’accepter rend cette épreuve moins pénible.

Durant cette période de confinement, le niveau de sérénité avec lequel nous abordons les difficultés en tant que parents ou couple parental, nous offre la possibilité d’apprendre énormément sur nos besoins mais aussi sur nos limites. Quelles sont vos stratégies pour garder un état de calme et une certaine harmonie au sein de votre famille

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.