Bien-être confinement perfectionnisme

Comment ne pas tomber dans le piège du perfectionnisme en confinement ?

La crise sanitaire liée au Covid-19 est, sans doute, une péride inédite d’incertitudes, de peurs et d’anxiété. Nous entamons la troisième semaine de confinement sans réellement savoir quand et comment tout cela va se terminer. A quoi va ressembler notre nouveau mode de vie « normal » ? Quels effets, ce long confinement va-t-il avoir sur notre bien-être ? Le perfectionnisme est, indéniablement, notre pire compagnon à ce stade. Pourtant, sur les réseaux sociaux, on apprend que Newton ou Shakespeare ont découvert ou écrit des oeuvres majeures pendant la quarantaine. On y voit aussi des images d’intérieurs parfaits, d’enfants qui semblent heureux et calmes, de séances de yoga et méditation à tout moment de la journée et des assiettes saines.

Il est tout à fait normal d’osciller entre des émotions de peur, d’inquiétude pour soi et pour ses proches, parfois de ressentir de la tristesse ou même de la colère. Quelquefois, certains actes de bienveillance ou d’humour peuvent avoir un effet apaisant malgré l’anxiété en trame de fond. Cependant, avec ce cocktail émotionnel, rajouter l’injonction interne de perfectionnisme à tous les niveaux n’est absolument pas une bonne idée.

Ressentez-vous, peut-être, de la culpabilité de ne pas avoir suffisamment de patience ou de bande passante pour accompagner vos enfants ? La procrastination finit

 

vous guetter au milieu de la matinée de télé-travail ? Cette envie de sucre est incontrôlable ? Ou alors, vous êtes toujours à la page 28 du livre que vous avez commencé il y a un mois ? Vous avez, probablement, besoin de consommer plus d’informations qu’à votre habitude ?

Tout ceci est complètement acceptable en ces temps inhabituels de confinement : nous mettons tou.te.s en place de nouveaux modes de vie en « remote » et avec le « social distancing », nous vivons H24 avec nos conjoint.e.s, enfants ou juste nous-mêmes. Il est important de se donner le temps pour s’adapter à ce nouveau contexte, laisser un peu tomber la pression sur ce qui doit être accompli et abandonner définitivement cette idée du confinement idyllique.

Comme vous me connaissez maintenant et vous savez que mon mantra est que « la clarté vient de l’action », je vous propose 3 pistes à tester immédiatement (dans les 5 prochains jours) pour vous affranchir de cette injonction du confinement parfait :

Dormir suffisamment

Le sommeil est indispensable, et particulièrement en cette période de confinement. Un sommeil réparateur, qui permet d’assurer un minimum de repos malgré cette fausse impression de « ne pas faire beaucoup de choses ».

S’accorder des temps de pause

Regarder un film ou une série, regarder

 

la fenêtre ou prendre un bain de soleil sur le balcon, s’asseoir et prendre le temps de manger. Tant de petites actions qui permettent de prendre du temps pour soi. Des moments de self-care nécessaires et importants pour maintenir un bien-être malgré le chaos.

Réduire la pression

Sans transformer cette piste en nouvelle injonction, réduire la pression consiste tout à d’abord à revoir les attentes envers soi-même comme vouloir à tout prix performer, être un.e as de la productivité ou avoir toutes les cases du confinement parfait cochées. Quel est votre objectif pendant/après le confinement ? Personnellement, je souhaiterais juste en ressortir avec le minimum de dégâts pout ma santé mentale et celle de ma famille.

Prenez soin de vous !

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. […] et constater

     

    vous-même toute la sérénité qu’elles vous procurent 😉 Dans cet article, je vous donne des astuces pour ne pas tomber dans le piège du perfectionnisme en […]

  2. […] et constater

     

    vous-même toute la sérénité qu’elles vous procurent 😉 Dans cet article, je vous donne des astuces pour ne pas tomber dans le piège du perfectionnisme en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.